Europunk

Editeur : Realities Inc
Date de parution : samedi 11 mai 2019
Public : Adultes
Note de la rédaction :

4° de couverture

J’appelle solennellement les auteurs de SFFF européens à qui le futur politique, social et culturel de leur(s) pays fait lever des sourcils inquiets ou pleins d’espoir, de se pencher ne serait-ce qu’un instant sur ce continent en ébullition où 500 millions de citoyens sont peut-être sur le point de faire un pas d’un demi-siècle en arrière. Pour le meilleur ou pour le pire ? A vous de nous en parler.
Que vive enfin l’Euro-Punk !
Florent Lenhardt
 
Un appel à l’Europunk, voilà ce qui a inspiré les auteurs des neuf textes contenus dans ce recueil. Sous la plume d’Olivier Boile, Jonathan Grandin, Romain Jolly, K.T., Geoffrey Legrand, Philippe-Aurèle, Mose Njo, Sandrine Scardigli et Jean-Marc Sire c’est à des avenirs impertinents, rebelles, sombres ou lumineux que cette anthologie vous invite, avec une dose de critique constructive et une autre d’insolence assumée !

Résumé (spoiler)

Sommaire : 
  • Préface, Florent Lenhardt, Guillaume Parodi et Tesha Garisaki
  • L’Empire de Marbre, Olivier Boile
  • Siri mon Amour, Zuckerbook ma Patrie, Mose Njo
  • Europe sur la Rive, Sandrine Scardigli
  • 99.5, K.T.
  • Punk l’évêque, Philippe-Aurèle Leroux
  • Le Souffle du Taureau sur la Nuque, Jonathan Grandin
  • Dans tous les Coins de l’Hexagone, Jean-Marc Sire
  • Datalove, Romain Jolly
  • Neoropa, Geoffrey Legrand

Notre avis

L’Union Européenne… ce rêve qu’elle pourrait incarner et cette concentration de frustrations qu’elle semble nourrir à la place. Je suis née dans les années 80 et ma génération a été élevée dans l’idée que l’union européenne — à l’époque on parlait de communauté européenne — était une promesse d’ouverture. 
Ce qu’il en reste aujourd’hui est teinté d’amertume. Pourtant, cette union nous a apporté de bonnes choses, noyées cependant sous les récriminations. On voit la crise, l’émergence des nationalismes, une bureaucratie étouffante et souvent absurde… 
Cette union européenne fait partie de notre quotidien. Ses retombée sont présentes dans nos vies à des niveaux auxquels on ne prête même plus attention. Et c’est bien ça le souci : on n’y fait plus attention. Au mieux on l’ignore, au pire on n’en veut plus. Mais mesure-t-on les conséquences qu’aurait sa dissolution ? 
Le pourquoi de la situation est en soi intéressant. Si cette anthologie pose la question dans sa préface, elle en soulève aussi de nombreuses autres qui m’ont interpelée et, parmi elles, celle-ci : pourquoi la science fiction, terreau de tous les possibles et de toutes les réflexions sur l’avenir, ne s’est-elle pas, ou si peu, intéressée à l’Union Européenne ? Vaste sujet. Je ne m’étais jamais posé cette question et force est de constater qu’elle est troublante. 
Cette anthologie tente de compenser ce mépris, s’empare de l’Europe pour la faire sienne, la prendre en défaut ou montrer ce qu’elle pourrait devenir, de multiples façons. 
On navigue entre mythes fondateurs, inepties gouvernementales, futurs radieux ou incertains. On parle de monarchie, de contestation, d’espoir et de la jeunesse, bien sûr. Que serait l’avenir, et en particulier celui de l’Europe, sans la jeunesse ? 
Tout cela nous mène sur de nombreuses pistes, toute plus intéressantes les unes que les autres. 
Olivier Boile a choisi de nous montrer une Europe alternative où la Grèce dominerait. Belle mise en perspective, aussi grinçante que porteuse de réflexion. 
Sandrine Scardigli, quant à elle, fait contraster le mythe grec d’Europe avec l’Europe rêvée de la jeunesse et celle des colères qu’on tente de leur imposer. J’ai beaucoup aimé ce très beau texte. 
Dans 99.5 le lecteur se trouve projeté dans un futur glacé où l’Union Européenne, entourée de murs, doit se défendre contre une menace floue. Mais de quel côté vient-elle ? 
Punk l’évêque m’a amusée. Travaillant au sein d’un organisme qui dispense notamment des formations agricoles, je sais à quel point les normes européennes sont parfois absurdes quand elles quittent leurs jolis décrets imprimés pour être appliquées sur le terrain. En tout cas la comparaison est bien vue. 
Dans Le Souffle du Taureau sur la Nuque, un homme nous raconte son histoire et son Europe. La chute, saisissante bien qu’annoncée, fait à mon sens tout le contraste de ce récit. 
Dans tous les Coins de l’Hexagone met en scène les chasseurs. Ah, les chasseurs… Comment parler de l’Europe sans eux ? Critiquant sans relâche, mais toujours ravis de recevoir les subventions de l’Europe pour repeupler certaines zones d’oiseaux et joyeusement les plomber ensuite. Ou, il faut le dire aussi, pour entretenir des chemins abandonnés depuis longtemps par les communes et aménager des pare-feux… Ce texte, aussi grinçant soit-il, ne manque cependant pas de nuance. 
Dans Datalove, vous rencontrerez des migrants d’un genre particulier. Et si vous parvenez à ressentir de la compassion pour eux, comment ne pas la ressentir pour des humains ? 
Dans Neoropa on en revient à la jeunesse bien sûr. Elle est l’avenir, elle pourrait changer les choses alors autant conclure cette belle anthologie avec elle. Que ne ferait-on pas par amour ? J’ai aimé le côté très humain de ce texte où les motivations politiques côtoient l’amitié et le désir. Ce sont parfois nos aspirations personnelles qui nous mènent à écrire une histoire plus grande que la nôtre. 
Europunk regroupe d’excellents textes, originaux, intelligents et nuancés. Elle explore un bon nombre de problématiques actuelles et si la question de l’Europe, au sens large, vous interpelle — ou si elle ne vous interpelle pas du tout et que vous réalisez que c’est un problème — vous devriez la lire. Et n’ignorez pas l’excellente préface.

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ajouter un commentaire